Région PACA, une diversité régionale stimulante

Grâce à ses travaux d’ampleur et sa diversité, l’horizon s’éclaircit pour la région
Grâce à ses travaux d’ampleur et sa diversité, l’horizon s’éclaircit pour la région

Plusieurs sauces provençales

Les secteurs de la région sont plus variés qu’attendu, grâce à ses villes principales aux configurations et populations aussi différentes que complémentaires.

La région PACA se place sur la troisième marche du podium au classement des territoires les plus dynamiques pour créer son entreprise en franchise, conclut le baromètre 2016 réalisé par le cabinet de conseil Territoires et Marketing et Franchise Expo Paris. Un rang inchangé par rapport à l’année précédente, ce qui témoigne d’une régularité dans l’activité observée. Les secteurs de la mode, de l’équipement de la personne, le commerce spécialisé, le commerce alimentaire figurent parmi les domaines les plus prolifiques localement en matière d’ouvertures de franchises.

Si la région joue les premiers rôles, c’est avant tout en raison d’atouts qui n’ont rien à envier à bon nombre de territoires. Elle est d’abord marquée par une tradition d’échanges et de commerce très ancrée. Aujourd’hui, les développements du tertiaire, au cœur de la vie économique, sont la locomotive de la valeur ajoutée créée. Jean-Luc Chauvin, président de la CCI de Marseille Provence, y voit un contexte où « tout nous invite à ne pas subir mais à innover. »

On dénombre en région PACA plus de 5 000 boutiques franchisées. Les Bouches du Rhône occupent une position particulière dans ce panorama avec 64 des 127 sièges sociaux des franchiseurs de la région qui se trouvent dans le département. Avec quelques 500 magasins franchisés, il s’agit du quatrième département en franchise. Parmi les enseignes solidement installées, on peut citer Jeff de Bruges, le spécialiste de l’achat et vente de biens d’occasion Easy Cash, l’enseigne de produits de soin et beauté Beauty Success, ou encore le réparateur automobile Speedy. Au fil des dernières années, les Bouches du Rhône concentraient systématiquement plus du tiers des franchises nouvellement créées.

L’activité commerciale à venir devrait connaître un nouvel élan avec le projet d’envergure que représente Vitrolles Cap Horizon, futur pôle économique au cœur de la Provence. Les développements prévoient notamment une offre immobilière dédiée aux entreprises d’environ 200 000 mètres carrés. 40 % seront consacrés au secteur tertiaire, 60 % à l’économie productive, où l’aéronautique, avec en particulier la proximité d’Airbus Helicopters, occupera une place centrale. Près de 6 500 emplois pourraient être créés grâce à ce vaste programme. Vitrolles Cap Horizon est donc vu comme un nouveau départ pour la gare de Vitrolles Aéroport Marseille-Provence. Les communications doivent être améliorées, afin de faciliter la vie des usagers vitrollais qui souhaitent se rendre à Arles, Avignon, Nîmes, Marseille ou Montpellier. Des évolutions qui profiteront également aux 28 000 salariés des 1 100 entreprises de la future ZAC communautaire. Le coût total de l’opération est estimé à 65 millions d’euros. Environ 19 millions sont mobilisés pour l’amélioration des mobilités, 5 millions pour les équipements liés au développement économique, et près de 30 millions d’acquisitions foncières.

Le Prado

Le nouveau joyau commercial marseillais révèle ses contours

« Il faut s’appuyer sur les centres commerciaux pour développer une nouvelle attractivité », martèle Jean-Luc Chauvin, président de la CCI de Marseille-Provence. L’une de ses idées phares prendra bientôt une connotation très concrète. Après une salve d’attaques de la part de riverains, d’associations de commerçants et des débats à répétitions, le Prado verra finalement le jour en début d’année 2018. Ce vaste centre commercial de 23 000 mètres carrés doit être un des symboles du renouveau marseillais, au carrefour de l’espace urbain contemporain et de la place accordée à la dimension environnementale.

Situé à quelques encablures du rond-point du Prado, à côté du Stade Vélodrome, le lieu accueillera environ 50 magasins. Les Galeries Lafayette y occuperont une place de choix sur une superficie de 9 400 mètres carrés. Il s’agit de la pierre angulaire de site dont l’offre commerciale sera déployée sur quatre niveaux. Fin juin, plusieurs noms ont été rendus publics parmi les marques représentées. On y trouvera notamment Zara, Repetto ainsi que Pellegrin & Fils. Les trois quarts du centre commercial seraient d’ores et déjà assurés d’être commercialisés. Les boutiques seront accessibles autour d’un vaste espace convivial conçu pour attirer un maximum de visiteurs et optimiser leur flux. En matière de restauration, le Wagamama proposera de la gastronomie estampillée Thierry Marx. Big Fernand sera également disponible pour les amateurs de burgers. Les gourmandises sucrées pourront être satisfaites entre autre par les glaces Grom.

Le centre sera doté d’un toit végétal et recouvert d’une canopée en verre. Le Prado a été érigé pour répondre aux critères du plus haut niveau de la certification de performance environnementale Breeam. Il sera par ailleurs le premier centre commercial en France à s’inspirer de la démarche « Cradle to Cradle » qui met l’accent sur des matériaux recyclables et respectueux de l’environnement.

Nice, l’attractive

Elle est auréolée du statut de première ville touristique de province. Bien sûr, ses atouts naturels, son célèbre carnaval, dont les retombées sont estimées à 30 millions d’euros par an, expliquent en partie le succès de la cinquième commune de France et les raisons de la présence des 5 millions de visiteurs qui s’y rendent chaque année. Il s’agit majoritairement de touristes, mais on dénombre également environ un million de femmes et d’hommes d’affaires qui se déplacent vers les congrès niçois. En somme, toutes les conditions sont réunies pour être confiants et se lancer dans des projets ambitieux destinés à soutenir l’activité commerciale future. Le Grand Arénas, vaste espace d’affaires dont le site tertiaire est passé de 10 à 51 hectares à l’occasion d’une modernisation à grande échelle, offre à la métropole un centre d’affaires international d’une grande notoriété et forme un symbole de ce nouveau visage.

Autre développement phare du moment, celui de la technopole Nice Meridia qui vise à conjuguer qualité urbaine et mixité des fonctions. Sur le même site, des logements pour actifs côtoient des structures de recherche, de formation, des entreprises, et, en conséquence, de nouveaux commerces et services de proximité. « Le quartier accueillera des activités à haute valeur ajoutée dans la santé, les écotechnologies, en favorisant les échanges entre l’université Polytech’Nice, le campus régional de l’apprentissage et les entreprises », indique Christian Tordo, chargé du développement économique, de l’aménagement et de l’urbanisme au sein de la métropole.

Un programme mixte spécifique alliant bureaux et commerces a été élaboré par les architectes Nicolas Laisné et Dimitri Roussel, dans le but de proposer une nouvelle qualité de vie au travail. Ils ont notamment imaginé un environnement de travail adapté au climat méditerranéen, avec des balcons conçus pour travailler dehors ainsi que des façades couvertes de végétation. Le programme comprend environ 6 300 mètres carrés de bureaux sur 8 niveaux et 650 mètres carrés de commerce en rez-de-chaussée ainsi que des stationnements souterrains. 17 000 mètres carrés sont prévus exclusivement pour de nouvelles surfaces commerciales et des hôtels.

Le grand défi de la municipalité reste la gestion du trafic routier, comme pour d’autres agglomérations de la Côte d’Azur. Une seconde ligne de tramway Ouest-Est est actuellement en travaux pour une mise en service prévue en 2018. A cela s’ajoute une nouvelle ligne de TGV qui passe par Toulon et Marseille. L’inauguration est prévue pour 2023.

Avignon, l’atout géographique de la région

La Cité des Papes n’est certainement pas une ville du sud comme les autres. Elle a la particularité d’être située au carrefour de trois départements qui se partagent l’organisation du territoire avignonnais. Il en ressort un maillage très intéressant en matière d’infrastructures de transports. On dénombre neuf zones d’activité économique principales. Les projets fonciers et immobiliers continuent de voir le jour année après année. La zone communautaire d’activité des Balarucs, la zone d’activité de Courtines ainsi que la ZFU (Zone franche urbaine) poursuivent un important essor. La situation idéale de la ville attire toujours plus d’habitants, si bien que le développement démographique se poursuit vers les Bouches du Rhône et le Vaucluse. Du côté des marques et des défis à relever pour les franchisés, la gastronomie locale, la culture et les produits de Provence, d’Occitanie sont bien sûr très présents. Mais l’expansion des réseaux concerne bien d’autres secteurs. L’équipement de la maison et l’habitat, les agences immobilières, les services immobiliers connaissent un franc succès. Le spécialiste du courtage en travaux immobiliers Activ Travaux, le fournisseur de crédits immobiliers Ace Crédit, ou encore les services à domicile All4Home cherchent actuellement à étendre leur réseau.

La marque Mikit, constructeur à succès de maisons individuelles en prêt à finir, s’est implantée en Avignon. Elle séduit bon nombre de candidats à la franchise en raison de son approche stratégique atypique. « Nous apportons une formation complète à nos nouveaux franchisés et l’objectif de cette nouvelle formule est de donner l’opportunité à toute personne d’accéder à la franchise Mikit pour profiter pleinement du potentiel existant sur le marché », explique Damien Hereng, Président France. « Nous nous félicitons d’avoir des franchisés qui viennent de secteurs variés comme ceux de la grande distribution ou de l’informatique. Nous avons même accueilli récemment un ancien paysagiste. Ces profils en reconversion sont très motivés et performants. Ils s’épanouissent pleinement dans leur aventure entrepreneuriale ». Jean-Claude Canfora, qui dirige la franchise Mikit d’Avignon, fait partie des gagnants de ce contexte à fort potentiel. Il indique que « l’accompagnement de l’agence-école de son franchiseur a permis de démarrer son activité sereinement. Le travail a ensuite permis d’obtenir des résultats rapidement. »

Aix-en-Provence, un potentiel dans l’ombre

Elle est certes quelque peu éclipsée par la grande Marseille, mais l’ancienne capitale de Provence est avant tout une ville de près de 150 000 habitants qui ne cesse d’attirer les regards. En plus de son artisanat atypique qui fait venir de nombreux curieux, Aix-en-Provence est une agglomération qui peut compter sur un tissu industriel important dans l’agroalimentaire et l’électronique, avec notamment ST Microelectronics et les multiples acteurs que l’entreprise draine dans son sillage. Le territoire profite par ailleurs de la proximité de Marseille et de son aire urbaine propice aux projets de grande ampleur. Le programme de recherche nucléaire Iter et sa Cité des énergies apporteront vraisemblablement leur lot d’opportunités.

Le bassin aixois se distingue aussi par son étiquette de ville thermale. Il n’en fallait pas davantage pour que des concepts de franchise atypique comme Aquabecool, centre sportif aquatique proposant une multitude d’activités, voit le jour. L’enseigne a d’ailleurs fait partie des finalistes 2017 du concours national « Passeport pour la Franchise ». Selon le jury de cette initiative, Aquabecool présente toutes les qualités pour développer un réseau pérenne.

A noter que le Pays d’Aix dépense chaque année près de 30 millions d’euros pour le développement économique local. Une des raisons qui fait que le tissu entrepreneurial révèle toutes sortes de visages. Bon nombre d’observateurs indiquent que des franchises ouvertes dans les secteurs des transports, des cosmétiques, de la santé ou encore de l’agroalimentaire seront vraisemblablement des affaires porteuses, car la ville a construit sa stratégie d’insertion autour de ces différents domaines.

Mathieu Neu

LAISSER UNE RÉPONSE

Please enter your comment!
Please enter your name here