Services à la personne : cherchent franchement franchisé·es

Le secteur boosté par les avantages fiscaux offre nombre d’opportunités

Les services à la personne « cartonnaient » avant crise. Tout ce qui tourne autour de la maisonnée pour l’entretenir, la surveiller, prendre soin de ses occupants crée des opportunités de créations multipliées.

Rien de tel qu’un cottage en Bretagne ou une bergerie dans le Larzac pour télétravailler, pour peu que la maison soit connectée à internet. On estime que le marché des résidences secondaires a connu un boom de 20 % depuis le début de la crise sanitaire en 2020. Les Français·es passent davantage de temps chez eux. Pour les 70 % des ménages possédant un jardin, l’entretien est devenu une priorité. Un changement de comportement qui alimente largement le marché des services à la personne vite abrégés en SAP : services de jardinage et petits travaux. Patrice Deniau, président fondateur de Maisons et Services, confirme la bonne santé des enseignes. « Le secteur jardinage n’a pas du tout été impacté par la crise sanitaire. Le travail s’exerce en extérieur, le risque sanitaire pour les employé·es ou les particuliers est nul. Tous les voyants sont au vert pour s’engager sur ce marché ! » Et pour garantir la pérennité de son entreprise, mieux vaut, selon lui, faire confiance à l’expérience d’un réseau. « Créer seul, c’est risqué ! » Et pour les candidat·es à la franchise qui seraient tenté·es par les métiers du jardinage, le fondateur de Maisons et Services avance l’argument fiscal. « L’immédiateté du crédit d’impôt, prévue dès 2022, est un élément important à prendre en compte. Il s’agit d’une bonne nouvelle pour le secteur du service à domicile. » Les particuliers n’auront plus à avancer la moitié du prix, ils paieront la prestation déduction faite de 50 %.

Surveillance du domicile : des millions de logements à protéger

Selon l’Observatoire national de la délinquance et des réponses pénales, « une effraction a eu lieu toutes les 85 secondes en France en 2019 ». Du coup, on investit pour sécuriser son domicile. « Dans les six prochaines années, un·e Français·e connaît un risque sur dix de se faire cambrioler », assure-t-on du côté du réseau Verisure qui investit en pubs télé. Chez les particuliers comme chez les professionnels, la sécurité est en plein essor, le marché est porteur. L’enseigne leader sur ce créneau propose de nombreux système d’alarmes personnalisés, des caméras de surveillance connectées, mais aussi un système de télésurveillance avec un appel de contrôle en moins de 30 secondes. Autre acteur important de la surveillance à domicile, Homiris. La marque propose des abonnements « tout compris » avec système d’alarme connecté et télésurveillance 24 heures sur 24. Le réseau Proxeo offre, lui, des services de télésurveillance avec une palette de six niveaux de protection (du simple déclenchement d’une sirène de dissuasion au gardiennage des biens). Autant dire que les franchises se multiplient.

Aide administrative à domicile : l’éloignement des familles dope la demande

En France, les personnes âgées dépendantes passeront de 2,3 à 4,8 millions en 2050, selon une étude Xerfi. « Le nombre d’aidants familiaux va baisser significativement, de 3,53 millions en 2020 à 2,24 millions en 2040 », constate de son côté le réseau de services Petit-Fils. Les limitations de déplacements ainsi que les risques sanitaires interdisent souvent aux proches des personnes dépendantes de se déplacer pour les aider dans leurs démarches administratives. En période « hors covid », se sont les plannings chargés des familles qui favorisent le recours aux services administratifs. En 13 ans, 4 500 emplois d’auxiliaires de vie ont été créés au sein du seul réseau Petit-Fils.

Outre une aide administrative, FamilyZen propose du coaching en organisation familiale à destination de parents débordés. Les activités auprès de ces personnes fragiles exigent souvent une continuité de service. Stéphanie Taupin, directrice des opérations Franchise chez O2, constate un accroissement important de l’activité en 2020. « Un rebond du segment senior nous a permis de retrouver 100 % de notre niveau d’activité dès juillet. Nous terminons l’année 2020 avec une hausse de 5,1 % de notre chiffre d’affaires par rapport à l’année 2019. » Quantité de futur·es entrepreneur·ses qualifié·es sont attendu·es sur ce créneau de franchises.

Employé·e familial·e : ménage et repassage, un besoin permanent

Pour l’enseigne Nobo, « trouver du personnel de maison est plus compliqué que d’embaucher une femme de ménage. Les profils sont plus rares et la demande est élevée. » Pourtant, l’employé·e familial·e est au cœur de l’organisation du lieu de vie d’une famille. Il, elle se charge du ménage, du repassage, de la lessive, de la préparation des repas, de la garde des enfants. Une bonne manière de faire d’une pierre six coup… et de soulager les parents qui tentent difficilement de jongler entre le télétravail, les devoirs du soir, les repas… « Malgré la crise de 2020, un nombre record d’ouvertures de franchises a été constaté, notamment dans l’aide à domicile et le ménage/repassage », constate-t-on chez O2. Les habitudes des Français·es ont été durablement bouleversées par la crise sanitaire. Le télétravail fait émerger le besoin, voire la nécessité, de se trouver au quotidien dans un environnement sain et ordonné. « Pour tout le secteur du service à domicile, se manifeste une reprise d’activité », fait remarquer Patrice Deniau, le fondateur de Maisons et Services. « Les services de ménage et de repassage existent depuis toujours, mais continuent sans cesse de se développer. L’activité a retrouvé le même niveau qu’avant la crise dès juin 2020. »

Soutien scolaire : les familles prêtes à investir

Un an après le début de la pandémie de covid, l’ONG Save the Children estime que les enfants ont perdu en moyenne 74 jours d’éducation, en raison de la fermeture d’écoles et d’un manque d’accès à l’apprentissage à distance. En France, les établissements ont tenté de maintenir au mieux une continuité pédagogique mais n’ont pu éviter le décrochage de certains élèves. Les organismes de soutien scolaire s’imposent comme un incontournable pour ne pas compromettre l’avenir de ces enfants. Supports en ligne, vidéos, coaching, ils adaptent leurs offres pour répondre à la forte demande. L’avenir du marché du soutien scolaire est très prometteur. Selon l’étude Xerfi, Le marché du soutien scolaire à l’horizon 2022 publiée en 2020, « les familles sont prêtes à consacrer un budget conséquent pour assurer la réussite de leurs enfants, dans un contexte marqué par un manque de confiance dans l’Éducation nationale, une dégradation du niveau scolaire et un creusement des inégalités ». Le marché est à maturité, les offres des réseaux leaders sont déjà bien abouties et les outils marketings très puissants. Les risques sont limités.

L’immobilier toujours dynamique : en plein rattrapage

L’augmentation du temps passé au domicile accélère le besoin de qualité de vie. Le secteur reste exceptionnellement dynamique et porteur en 2021. L’agence Orpi, présente sur tous les segments du marché de l’immobilier, annonce recruter 300 personnes en début d’année 2021, principalement des jeunes de 18 à 25 ans. Autre incontournable, Century 21. Le réseau d’agences immobilières constate que le marché de l’ancien fait figure de miraculé, comparé à d’autres secteurs économiques. Au terme de cette année tourmentée, le nombre de ventes sur le plan national ne recule que de 12,1 % sur l’ensemble des 940 agences du réseau. Durant les mois qui ont suivi le premier déconfinement, un phénomène de rattrapage a été observé. Dans le secteur immobilier, juin et juillet ont représenté des mois records en termes d’activité : les projets mis en suspens se sont additionnés aux émergents. Ce phénomène d’arrêt des projets n’a pas été constaté pendant le second confinement. « Dans ce contexte, l’assouplissement des conditions d’octroi du crédit, autorisé mi‐décembre par le Haut Conseil de Stabilité financière, est une bonne nouvelle pour le secteur et un signal positif envoyé aux Français·es », confirme Laurent Vimont, président de Century 21 France.

Des perspectives dans le bâtiment : rattraper le temps perdu

La Fédération française du bâtiment prévoit une hausse de l’activité en 2021 avec une croissance estimée de 11,3 % en volume. Cette augmentation ne compensera pas toutes les pertes dues à la crise sanitaire, mais le plan de relance prévu par le gouvernement est un bon argument pour encourager la création d’entreprises sur ce secteur. L’État prévoit le lancement de chantiers de rénovations, de développement des territoires ou de rénovation énergétique pour répondre aux objectifs climatiques. Le domaine promet de réelles opportunités. L’enseigne BC2E Immobilier, qui accompagne les particuliers dans la réalisation de tous les diagnostics obligatoires lors de la vente ou la location de biens immobiliers, mais également dans la réalisation d’états des lieux d’entrée et mi-mandat, se multiplie partout en France. « C’est une voie porteuse en 2021, les diagnostiqueurs immobiliers travaillent en flux tendu pour rattraper le temps perdu à cause du confinement. » Malgré cette situation encourageante, la société rappelle que « la concurrence est forte, et c’est d’autant plus compliqué de se lancer seul dans un tel secteur ».

Le commerce en réseau a mieux résisté que les entreprises « isolées », le constate la déléguée générale de fédération française de la franchise (lire p. 4). Outre tous les secteurs porteurs passés en revue, Véronique Discours-Buhot voit les nouveaux créneaux qui ensemenceront le commerce associé : le besoin de conseil en RSE, l’émergence des « jardons d’assainissement », les attentes en omnicanalité des PME, sources de business. Bref, investir dans une franchise n’a jamais été aussi favorable.

Marie Bernard

LAISSER UNE RÉPONSE

Please enter your comment!
Please enter your name here

J’accepte les conditions et la politique de confidentialité