Citibike, une affaire électrique qui roule

Les nouvelles pratiques de mobilité, plus vertes, plus responsables et fortes d’innovations technologiques, séduisent toujours plus. Pour nos ami·es entrepreneur·ses et les aspirant·es à la franchise, l’occasion est trop belle de surfer sur la vague de la tendance et conquérir de nouveaux marchés. Parmi ces enseignes d’un nouveau genre, Citibike se positionne comme le spécialiste présent et futur du vélo à assistance électrique (VAE). Un secteur en plein boom qui allie l’utile à l’agréable.

Plus ça va et plus la mobilité électrique individuelle s’impose dans nos quotidiens comme un moyen de locomotion de choix, en particulier en milieu urbain. Qu’il s’agisse de trottinettes, de vélos ou même de scooters, la pratique séduit. L’électrique c’est trendy. Son marché aussi. Le modèle du tout automobile prôné depuis les années 1970 a atteint ses limites. Le vélo, en particulier, devient une alternative prisée pour les déplacements domicile-travail. Les fameux VAE (vélos à assistance électrique), en plein boom, portent un marché du cycle très dynamique. En 2019, il a rondement bondi de 10 %. En 2020, la croissance devrait atteindre les 15 %. Les seuls VAE devraient voir leurs ventes croître de 19 % par an d’ici à 2023. Pour vendre, et pour conseiller au mieux, encore faut-il des points de vente spécialisés, dédiés au cycle électrique. C’est le pari et l’ambition de la jeune pousse Citibike et de son réseau en franchise naissant. L’enseigne se veut un spécialiste de la vente de VAE, aux particuliers et aux entreprises. Avec responsabilité et écologie à tous les étages.

De l’histoire de famille à la franchise

L’aventure, commencée en 2014 à Caen, se décline en franchise depuis 2019. « C’est une affaire de famille née en Normandie et tenue par deux frères, Enguerran et Quentin Ducrocq », résume Arnaud Olivier, responsable du développement du réseau de Citibike. Le concept : un point de vente de VAE toutes marques, pour tous les goûts et les besoins et pour des niveaux de budget multiples. Point important, si Citibike ne vend que de l’électrique, chaque magasin dispose d’un atelier de cycles en son sein qui fait de la réparation sur tout type de vélos. Pour autant, « ce n’est pas la même gamme de vélos que vous trouverez dans les autres enseignes, ce ne sont pas du tout les mêmes produits ni les mêmes clients », résume Arnaud Olivier. Et pour cause, le VAE n’est pas accessible à toutes les bourses. L’achat moyen chez Citibike est de 2 100 euros, et le modèle le plus onéreux, destiné à une clientèle très sportive, grimpe les côtes à 10 000 euros ! Petite particularité notable, les client·es sont invité·es à payer en 5, 10 ou… 36 fois.

Forts de leur concept en vogue, et motivés par la réussite de leur magasin caennais, les fondateurs font donc le choix de la franchise en 2019, naturellement. Le timing est idéal. Malgré la crise qui secoue actuellement l’économie, le marché du vélo électrique grimpe, grimpe, grimpe comme Virenque. Et les aspirants franchisé·es sont déjà séduit·es par le concept de Citibike, qui mêle des perspectives de résultats très alléchantes à une conscience écologique affirmée.

Électrique et écolo

« Aujourd’hui, le VAE devient de plus en plus aussi un véhicule de fonction à usage professionnel, ce n’est plus seulement un véhicule de loisir. De quoi cibler dans notre clientèle aussi bien les particuliers que les entreprises susceptibles de commander des vélos par flotte de 10 ou 20 », résume le développeur du réseau. En outre, une entreprise ou un particulier qui fait affaire avec Citibike est assuré d’une démarche écologique et responsable. Un enjeu inévitable, à l’heure d’une diffusion toujours plus importante des bonnes pratiques écolos et sociales parmi les entreprises, à coup de RSE (Responsabilité sociétale des entreprises), notamment. Pour Arnaud Olivier, « la démarche des fondateurs est aussi, et peut-être même avant tout, écologique ». Une démarche incarnée par l’association créée en parallèle de Citibike, et déclinable sur les nouveaux points de vente en franchise, qui fait découvrir la mobilité électrique.

Un marché en plein boom

Les futurs franchisé·es Citibike – 19 partenariats sont en cours de signature et 12 réservations officielles ont été actées – pourront également compter sur le dynamisme du marché, certainement l’un des « gagnants » de la crise. Entre recherches d’une mobilité plus écolo et active, et impératifs de distanciation physique à l’heure de la covid, le vélo électrique… rayonne. Et Citibike avec. Le bilan est simple : « L’impact de la covid est quasi nul et 2020 est une très belle année pour l’enseigne », se réjouit le développeur du réseau. La crise sanitaire a boosté la demande, à tel point que les fabricants peinent à suivre le rythme, jusqu’à créer une quasi-pénurie et un manque d’approvisionnement pour les nouveaux magasins. Qu’importe, les fabricants vont s’adapter et augmenter la production, et Citibike regarde loin devant. L’année 2021 sera celle de l’expansion et du décollage du réseau. Le début d’un long et riche Tour de France sur vélo à assistance électrique.

Adam Belghiti Alaoui

LAISSER UNE RÉPONSE

Please enter your comment!
Please enter your name here

J’accepte les conditions et la politique de confidentialité