Dal’alu, gouttière made in France

Près de quarante ans d’innovations et d’histoire faites de gouttières et d’aluminium, voilà l’héritage que porte aujourd’hui l’enseigne Dal’alu. Solidement ancré sur le territoire et précurseur du développement en franchise dans le bâtiment, la marque cultive son savoir-faire made in France et anime un réseau de franchisés qui devrait s’épaissir dans les prochaines années.

« Dal’alu, c’est un réseau de franchise et une histoire familiale lancé en 1982 et construit autour d’un concept innovant : la fabrication et la pose de gouttière aluminium prélaqué en continu sur chantier » : Ludovic Lafargue, codirecteur de Dal’alu aux côtés de Bernard Houtin, pose les bases de son enseigne. Voilà donc ce qui fonde l’identité de la marque : sa gouttière en aluminium continu, fabriquée à partir d’une profileuse mobile, installée dans un fourgon atelier qui se déplace sur les chantiers. « C’est vraiment notre cœur de métier », souligne Ludovic Lafargue. Avec son concept exclusif, Dal’alu s’est assuré une place au soleil dans le secteur de l’aménagement de l’habitat individuel. Aujourd’hui, le fils des fondateurs, Jean-Pierre et Marie-Françoise Micouleau, est à la tête d’une holding qui gère Dal’alu ainsi qu’une vingtaine de sociétés du bâtiment dans le monde. Sacrée réussite. Et réussite française qui plus est, pour une enseigne qui se positionne aujourd’hui comme un leader sur son secteur, avec 150 franchisés sur le territoire.

Innovations et savoir-faire made in France

C’est depuis son site pilote dans la région bordelaise que Dal’alu approvisionne ses franchisés de ses produits en aluminium, comme l’explique le codirigeant : « Nous transformons les produits aluminium sur site à Bordeaux, puis nous expédions sur tout le territoire à nos 150 franchisés. » Autrement dit, la maison mère gère essentiellement la logistique de son réseau, dont la production s’élabore en totalité sur un seul site. Une façon pour la marque de cultiver et de promouvoir ses deux valeurs essentielles : l’innovation et le savoir-faire français. « On défend tous les jours depuis quarante ans notre statut de fabricant français, qui produit et innove sur le territoire. Notre réseau en franchise représente aujourd’hui environ 600 emplois », rappelle fièrement Ludovic Lafargue. Et innovation il y a eu en effet, en particulier ces dernières années. Outre son concept de gouttière en continu sur chantier, jamais vu à l’époque, Dal’alu élargit sa gamme depuis 1996, année de l’ouverture de sa centième franchise, à l’ensemble de l’enveloppe de l’habitat individuel, sur le marché du neuf comme sur celui de la rénovation. Depuis 2015, l’enseigne s’attaque aussi aux toits-terrasses, de plus en plus prisés. « En 2015, nous avons lancé notre concept Annapurna, une convertine en continu profilée sur chantier qui assure une étanchéité optimale. En 2018, on a innové sur notre toiture aluminium, avec du joint debout aluminium. » Attention, c’est technique ! Et la marque ne compte pas s’arrêter en si bon chemin puisqu’elle retrouvera ses premiers amours à la fin de l’année en entamant la commercialisation d’une nouvelle gouttière.

Ambitions réaffirmées

Malgré l’épisode de la crise sanitaire, Dal’alu prépare son futur avec ambition. Si ses franchisés sont restés fermés de deux semaines à un mois et que l’enseigne a été contrainte au chômage partiel, le pire a été évité. « On a pris la décision de rouvrir dès que possible pour expédier les produits à nos franchisés en respect des consignes sanitaires, rapporte Ludovic Lafargue. On a la chance d’intervenir en chantier sur des éléments extérieurs, ce qui a facilité un retour au travail, finalement on a perdu l’équivalent d’un mois de chiffre d’affaires. » Côté chiffres justement, l’impression se confirme : au plus bas de l’activité durant le confinement, Dal’alu est tombé à 60 %, puis est remonté à 85 % dès le mois de mai.

La tempête est passée, Dal’alu se tourne désormais vers les beaux jours. La marque, qui se développe en franchise depuis ses origines, aura été l’une des premières à adopter le modèle économique du contrat de franchise dans le bâtiment. Près de quarante ans plus tard, elle se positionne encore comme une enseigne pionnière. Particularité que le codirecteur du réseau explique simplement : « On la chance d’affronter peu de concurrence, en franchise il n’y a pas d’autre enseigne positionnée sur la totalité de l’enveloppe du bâtiment comme nous le sommes. Il s’agit surtout de produits en provenance de l’étranger qui n’assurent pas la totalité de la gamme. » Après deux ans de stabilité, l’heure est à l’élargissement : « On a ciblé 40 villes en France pour s’y développer, l’objectif est d’atteindre 200 franchisés sur le territoire d’ici à 5 ans. » Dal’alu espère séduire à nouveau. Et surtout « cultiver l’attractivité vers nos métiers du bâtiment », insiste Ludovic Lafargue.

Adam Belghiti Alaoui

LAISSER UNE RÉPONSE

Please enter your comment!
Please enter your name here

J’accepte les conditions et la politique de confidentialité