Comment se créer sa propre pub locale ?

Bien sûr, si votre tête de réseau balance des spots sur TF1, vous voilà, vous, membre franchisé, directement impacté par le message. Oui, mais si le franchiseur reste discret ? Eh bien à vous de jouer. Dans un univers toujours plus concurrentiel, il existe de multiples manières de se démarquer.

Se faire connaître, faire parler de son produit sont les deux mamelles du commerce, comme aurait pu dire Sully. La démarche entre (devrait entrer…) dans le business plan initial, au même titre que les éléments de création de l’entreprise. Un handicap certain : nombreux sont les entrepreneurs qui méprisent la communication : ils/elles s’imaginent peut-être encore au temps de la « réclame » ? Ils/elles ne savent pas « quoi dire » sur leur société ? Lourde erreur. Une bonne politique de communication constitue une arme redoutable pour faire connaître son entreprise, ses activités, ses spécificités, pour gagner en crédibilité, pour rassurer ses prospects, ses clients, ses investisseurs. Pour son chiffre d’affaires.

Comment communiquer ?

• Les publicités locales restent un moyen sûr de se démarquer sur une zone de chalandise précise, pour un coût variable selon le lieu. S’il existe une radio ou une télévision locale dans ladite zone, bingo ! Soit l’entreprise affiche des arguments pour passer à l’antenne sous forme d’interview (en règle générale le/la dirigeant(e), soit, pour sa promotion, des tarifs d’annonces très abordables lui sont accessibles. Oublions les radios ou les chaînes nationales, hors de portée tarifaire, et envisageables pour les seules entreprises à portée nationale. En revanche, intéressez-vous aux émissions à échelle locale, régionale programmées par ces mêmes chaînes : leurs producteurs sont enclins à recevoir de l’info pour préparer leurs contenus. Un exemple parmi des dizaines : sur France Inter, Philippe Bertrand et ses Carnet de campagne laissent la parole volontiers à des entreprises ‒ souvent à portée écologiste il est vrai ‒ du tissu rural.
• La publicité en extérieur (affichage) fait partie des indémodables. Le coût n’en est pas rédhibitoire. Quel que soit votre secteur d’activité ou votre taille de structure, cette méthode sait attirer l’œil des prospects.

Les réseaux sociaux, terrain stratégique

Une présence en ligne sur les réseaux sociaux revêt une évidence capitale pour les acteurs de la franchise. Facebook, Instagram, Twitter… Franchiseurs et franchisés s’y emploient comme le démontre fort bien l’enquête annuelle de la franchise Banque Populaire, en partenariat avec la Fédération française de la franchise (FFF), avec la participation de l’Institut CSA. 94 % des franchiseurs interrogés déclarent avoir pris en compte les réseaux sociaux dans leur stratégie de communication. Sur les quelque 2 000 réseaux de franchise recensés dans l’hexagone, tous n’ont pas déployé la même stratégie ni les mêmes outils pour percer. Un jeune réseau comme O’Tacos – qui se rapproche des 200 restaurants – est un cas d’école sur les réseaux sociaux, avec plus de 44 000 abonnés sur Twitter et plus de 2,1 millions de followers sur Facebook : des chiffres hors normes. Même si les grandes lignes de la communication émanent de la tête de réseau, les franchisés saisissent l’opportunité de jouer leur carte à l’échelle locale. D’après cette enquête annuelle, 57 % d’entre eux déclarent utiliser les réseaux sociaux, en particulier pour renseigner les clients ou leurs prospects sur l’actualité de leur boutique ou organiser des événements (pour 37 % d’entre eux). Dans ce cadre, Facebook et Twitter figurent parmi les réseaux sociaux les plus utilisés : 94 % des franchisés interrogés ont bel et bien créé une page Facebook dédiée à leur point de vente et 31 % utilisent Twitter pour diffuser des informations sur leur point de vente à leurs followers. Sur quoi communiquent les enseignes ? Principalement sur leurs ouvertures de points de vente, les opérations promotionnelles et le lancement de nouveaux produits. Principales cibles : les clients fidèles de la marque mais aussi tout un pan de potentiels le cas échéants séduits par une promo commerciale ou l’ouverture d’une boutique près de chez eux.

Si l’on étudie le détail des médias utilisés, on constate sans surprise que Facebook et ses deux milliards d’inscrits actifs arrivent largement en tête des usages, puisque 97 % des enseignes exploitent une page sur le réseau social géant. Affinons l’analyse : les marques déclarent pour 40 % d’entre elles avoir mis en ligne des pages dédiées à chaque point de vente, en plus de leur page nationale. Juste après Facebook, viennent Instagram (69%) et Twitter (58 %), tandis que Google et Pinterest sont quelque peu décrochés, tous deux au coude à coude autour de 30 %.
Dans chaque ville, une agence ou un publicitaire sont tout prêts à vous conseiller et déterminer avec l’enseigne le meilleur vecteur de promotion. Un investissement limité porteur de grandes espérances… .

Jonathan Nahmany

LAISSER UNE RÉPONSE

Please enter your comment!
Please enter your name here