Sigolène Dossin, centre agrée Theraform à Levallois-Perret

Vivre le concept, avant d’en vivre

Aujourd’hui dans sa neuvième année d’exercice en tant que gérante Theraform, Sigolène Dossin revient sur ses premières heures, le choix du concept, ses réussites mais aussi ses frustrations.

Sigolène Dossin, aujourd’hui, plastithérapeute dans un centre agréé Theraform n’en est pas à sa première expérience en tant que gérante d’une entreprise. « A 28 ans et sans études dans le supérieur, je me lançais dans l’entrepreneuriat en créant ma première entreprise de conception et de fabrication d’objets publicitaires. L’entreprise a rapidement prospéré mais l’arrivée d’Internet a engendré de profonds bouleversements dans le secteur. Finalement le métier est devenu une compétition constante d’appels d’offre. Et je suis passé d’un métier basé sur la relation client et la créativité à une profession où seule la compétition des chiffres importait », résume la dirigeante du centre agrée Théraform située rue Anatole France à Levallois Perret, en première couronne parisienne. Sigolène Dossin se questionne dès lors sur son avenir et réalise que la relation client, la proximité, le dialogue prévalent dans ce qui la passionne côté vie professionnelle.

Révélation !

« Pendant la même période, grâce au bouche à oreille, j’ai choisi d’essayer la méthode pour me remettre en forme. Après cette perte de poids, j’ai eu une révélation, une épiphanie par rapport à l’expérience vécue dans sa  simplicité, dans les résultats obtenus, dans le bien-être ressenti, dans la forme retrouvée,… Devenir plastithérapeute me permettrait également de retrouver un métier au contact des personnes avec une problématique d’aide et de coaching », poursuit Sigolène Dossin qui vendra sa société en 2010 pour une ouverture au centre de Levallois en mars de la même année.

Passé l’expérience grandeur nature avec le concept, il fallut rencontrer la tête de réseau. « Je me suis d’abord rendu à Franchise Expo. J’ai ensuite obtenu un rendez-vous dans les bureaux parisiens situé dans le le XV e arrondissement. Je voulais rester à proximité de mon domicile en première couronne parisienne. Il m’a fallu deux ans pour passer de l’idée au lancement du centre », se remémore la gérante.

Deux ans, c’est long. Mais l’achoppement principal rencontré par Sigolène Dossin était l’emplacement et la recherche du local. « Je voulais absolument  être à Levallois-Perret alors que la tête de réseau m’avait fait d’autres propositions. C’est un choix que j’assume malgré un loyer et un droit au bail plutôt chers comparativement aux autres centres hors de la région parisienne. Finalement, je suis parvenue à trouver des bureaux fermés, autrefois occupés par une ancienne société de négoce. Cela n’a pas été une partie de plaisir. Tous les jours pendant un an, je surveillais le marché en espérant dénicher la pépite », relate la plastithérapeute.

Question financement, pas de droits à faire valoir à Pôle Emploi…Mais une vente de l’entreprise qui lui permette de partir dans le concept. « J’ai juste emprunté quelques milliers d’euros pour les travaux afin d’aménager l’espace comme il se doit. A l’époque, les droits d’entrée s’élevaient à  42 000 euros HT. Pour ce qui est des royalties, des dispositifs de communication et de l’animation, nous reversons un montant mensuel fixe de 500€ HT. Le contrat court sur une durée 5 ans renouvelable par tacite reconduction », chiffre l’intéressée qui n’hésite pas une seconde sur son avenir : « Je vais renouveler mon contrat en mars prochain. Aujourd’hui, je souhaite encore développer mon activité en embauchant une diététicienne. »

Un savoir faire de niche où l’on ne compte pas ses heures

L’entrepreneure n’a pas froid aux yeux. Au contraire. Elle voit en Theraform, un nouveau challenge. Une nouvelle aventure et une nouvelle carrière. « Parce que javais déjà lancé ma boite, je n’avais pas peur de repartir de zéro. J’adore le challenge. J’étais certaine du projet quant au savoir faire, à la méthode et au centre, car tout cela, je l’avais vécu. Au lancement, j’ai d’abord appliqué la méthode sur mes proches et la famille et ensuite je suis passé par la presse locale pour débuter un réseau. Cela dit, l’intérêt de signer avec un réseau, c’est que le bouche à oreille des autres franchisés nous amène d’autres clients. Par exemple, des clients dans le Sud de la France m’ont envoyée  des amis qui habitent en région parisienne. Nous profitons de ce maillage, les connexions qui existent », complète la gérante du centre Théroform de Levallois Perret.

Aujourd’hui, Sigolène Dossin a traité près de 1000 clients depuis l’ouverture de son centre

« L’intérêt du métier ? La clientèle revient de façon récurrente notamment via la séance de maintien qui généralement a lieu une fois par mois », explique-t-elle.

Dit autrement, Theraform a mis au point une méthode d’amincissement naturel sans compléments alimentaires. « Nous stimulons le corps via l’utilisation d’un stylet pour donner des infos au métabolisme. L’idée est d’envoyer des messages pour ne pas avoir faim, aider le système digestif. En parallèle, nous accompagnons les personnes avec une formule alimentaire saine », précise Sigolène Dossin.

Quelle fréquence pour les rendez-vous ? Pour que la méthode réussisse, il s’agit de trois séances les deux premières semaines puis deux séances par semaine jusqu’à l’objectif poids. Ensuite intervient la phase de maintien où la plastithérapeute réintroduit notamment les aliments proscrits pendant le traitement. « Comptez 540€ pour une cure de 10 séances. Soit 54€ pour une séance mais surtout pour une méthode saine et sans équivalent, note Sigolène Dossin qui ouvre son centre de 8h à 20h sauf les mercredis et samedis où elle ferme boutique à 14h. Il ne faut pas avoir peur de travailler beaucoup, de s’impliquer à fond, et surtout d’aimer les gens, d’aimer le coaching et de vouloir s’ impliquer dans la vie des gens ».

Geoffroy Framery

LAISSER UNE RÉPONSE

Please enter your comment!
Please enter your name here