Réconcilier travail et loisirs ?

Le gouvernement propose 200 millions d’euros pour assurer les vacances apprenantes à 1 million d’enfants.

Des vacances d’été version Sars-CoV-2. Le gouvernement entend proposer un chèque de 200 millions d’euros dans le cadre du dispositif appelé « vacances apprenantes » par lequel un million d’enfants devraient concilier loisirs et apprentissage pour – en quelque sorte – limiter le retard accumulé durant l’année scolaire. Une opération pour laquelle les familles modestes seront prioritaires et ne paieront rien.

250 000 départs en colonies de vacances… studieuses
Le ministre de l’Éducation nationale, Jean-Michel Blanquer, et le secrétaire d’État à la jeunesse, Gabriel Attal, ont promis un chèque de 200 millions d’euros qui servira à financer le départ en vacances d’un million d’enfants. Dans un souci de justice sociale et d’égalité des chances, les familles modestes n’auront rien à débourser. Le confinement a accentué les inégalités scolaires – qui découlent d’inégalités sociales –, le gouvernement désire rattraper le retard accumulé pour nombre d’enfants décrocheur.euses en vue de débuter la rentrée de septembre dans les meilleures conditions.

Vacances apprenantes, c’est à la fois s’amuser et apprendre, « s’amuser tout en rattrapant une partie de ce qui n’a pas pu être fait pendant l’année scolaire », a déclaré Jean-Michel Blanquer. Dans ce sens, 250 000 départs en colonies de vacances apprenantes devraient être proposés, dont 200 000 places réservées à des jeunes issu.es des quartiers prioritaires de la ville. Les activités au sein de ces colonies brasseront large : « Du jeu pédagogique à la remobilisation scolaire », a indiqué Gabriel Attal.

Des établissements scolaires ouverts durant l’été
Ces vacances d’été 2020 feront figure d’exception. Les portes des établissements scolaires ne seront pas totalement fermées puisque 2 500 écoles accueilleront nombre d’enfants – 400 000 seraient concerné.es –, de la primaire au lycée, afin d’offrir du soutien scolaire et une remise à niveau. Une mesure qui requiert, bien entendu, du personnel. C’est pourquoi pas moins de 25 000 enseignant.es seront sollicité.es et rémunéré.es. À côté de ça, le ministre de l’Éducation nationale a parlé de 300 000 centres aérés apprenants, une école ouverte buissonnière pour 50 000 jeunes de moins de 17 ans, enfin 50 000 courts séjours à la campagne, à la ville ou à la mer. Tous ces projets devraient voir le jour cet été, toujours dans cette même approche pédagogique et dans le respect des gestes barrières. Une plate-forme sera mise en ligne dès vendredi sur le site du ministère. Pour les vacances estivales 2020, la frontière entre loisirs et travail n’aura jamais été aussi mince. L’école de demain ?

Geoffrey Wetzel

LAISSER UNE RÉPONSE

Please enter your comment!
Please enter your name here