Les articulations du plan, de trois semaines en trois semaines.

« Nous allons devoir vivre avec le virus », dixit Édouard Philippe. À partir de là, les grandes articulations du plan pour ceux et celles d’entre vous qui n’avez pas tout noté/compris/entendu.

1 Le masque obligatoire : quand ?

Parce que la « pénurie » de masques « a suscité l’incompréhension et la colère des Français » (l’aveu), Philippe demande aux entreprises de les distribuer à leurs salariés, qu’ils soient achetés dans les commerces ou commandés directement aux manufacturiers. Ils seront obligatoires dans les transports en commun.

2 Tests virologiques « massifiés » et « remboursés à 100 % »

À partir du 11 mai, 700 000 tests virologiques par semaine, pris en charge par l’Assurance maladie. Le plan prévoit qu’une personne testée positive devra reconstituer tous ses contacts, à leur tour testés et isolés, en cas de contamination, à domicile ou dans un hôtel réquisitionné. Objectif : casser les chaînes de transmission. Si la personne testée a pris des transports en commun, l’application Stop-Covid, encore à l’étude, pourrait alerter les personnes croisées.

3 Transition du 11 mai au 2 juin… si les indicateurs l’autorisent le 11 mai

Le déconfinement ne sera amorcé que si les indicateurs (nombre de contaminé/es et admissions en baisse) l’y autorisent. A contrario, « si les indicateurs ne sont pas au rendez-vous, nous ne déconfinerons pas le 11 mai ». Si le feu vert est donné, « la hauteur de la marche est de 3 semaines » : la phase 2 est sous observation jusqu’au 2 juin.

4 Maternelles et élémentaires rouvertes progressivement à partir du 11 mai

Et sur la base du volontariat. Mais la main passe aux maires, aux préfets, aux parents d’élèves et aux enseignants. Les petits ne seront pas masqués, sauf en cas de symptômes, avec retour à la maison. À partir du 18 juin, et dans les départements « verts » (où le virus circule très peu), retour des collégiens de 6e et 5e, masqués par leurs soins ou équipés par l’école. Fin mai, les autres classes des lycées, sous condition de l’état sanitaire, à commencer par les lycées professionnels. Pas plus de 15 élèves par classe, enseignant/es et encadrant/es masqué/es.

5 Crèches : groupes de 10…

… et si lesdits groupes ne se « croisent pas ». Port du masque obligatoire pour les professionnel/les de la petite enfance, faute des règles de distanciation.

6 Télétravail « partout où c’est possible »…

… et au moins au cours des trois premières semaines de la phase 2. Horaires décalés pour les salarié/es sur place. Masques si distanciation impossible. Le chômage partiel restera pris en charge jusqu’au 1er juin, suivi d’une période d’adaptation progressive.

7 Tous les commerces rouvrent à partir du 11 mai à l’exception des cafés et restaurants

Les marchés seront autorisés, sauf si les maires ou les préfets s’y opposent. Dans les commerces, application de la distance minimale d’un mètre par personne, protection des personnels, clients masqués si la distance est impossible (et le commerçant est autorisé à exiger le masque). Exception aux réouvertures, les centres commerciaux de plus de 40 000 m², à la discrétion du préfet. Pour les bars et restaurants, la reprise d’activité interviendra au mieux fin mai pour une ouverture après le 2 juin.

8 Transports et déplacements limités

Dans les trains, bus, métros aux fréquences limitées (« drastiquement » dans le métro, 70 % au mieux le 11 mai), les voyageur/euses seront masqué/es dans les rames. Les transports interrégionaux et interdépartementaux ne véhiculeront des voyageur/euses
qu’« aux seuls motifs professionnels ou familiaux impérieux ». « Ce n’est pas le moment de quitter son département pour partir en week-end », a ajouté le Premier ministre. Pourtant, renseignement pris, l’on peut quitter son département pour partir en week-end si le point de chute n’est pas à plus de 100 kilomètres. En revanche, les déplacements à plus de 100 km du domicilene seront possibles que pour un motif impérieux, familial ou professionnel ».

9 Grands musées, cinémas, théâtres, parcs fermés, sports sans foot ni rugby…

Pas de plage avant le 1er juin. Pas de « grands » musées, de cinémas, de théâtres. Les parcs et jardins ne seront ouverts que dans les départements « verts » (où le virus ne circule pas de façon active). Pas de saison 2019-2020 pour les sports collectifs, pas de messes et autres cérémonies avant le 2 juin, mais cimetières ouverts. Pas de réunions de plus de dix personnes. On se croirait dans la pire des dictatures, avec un minuscule virus comme tyran…

LAISSER UNE RÉPONSE

Please enter your comment!
Please enter your name here