Bouc émissaire et pangolin

Le « coup de griffe » d’un expert, éditeur de la lettre
La Griffe santé

Il faut le dire tout net, dans l’affaire du coronavirus qui nous condamne à rester confinés à la maison au lieu d’être enfermés au bureau, il est nécessaire aujourd’hui de nommer le responsable.

Après la vache folle, les multiples versions de grippe aviaire ou porcine et les nombreuses variétés de fièvres simiesques hémorragiques, il ne faut pas chercher le bouc émissaire du côté de l’Élysée ou de Matignon mais du côté des zones subtropicales d’Asie du Sud-Est.

Il s’agit du pangolin, un très moche petit mammifère plus facile à chasser que le rhinocéros mais dont les vertus aphrodisiaques – hors rigidité cadavérique s’entend – lui sont, paraît-il, supérieures. C’est en tout cas ce que pensaient les Chinois de Wuhan avant d’être « empêchés ».

C’est à cette bestiole, dont on ignorait chez nous jusqu’à l’existence, que l’on devrait covid-19, la maladie due au virus qui vient d’être inscrit au catalogue et prétend détrôner le SARS.

Les chercheurs, qui ont de la mémoire, nous rappellent qu’un siècle après la conclusion des travaux de Louis Pasteur sur la rage en 1885, les biologistes avaient déjà identifié et décrit 1 700 virus. Moins de 20 ans plus tard, en 2004, le Comité international de taxonomie des virus en recensait déjà… 6 247 ! Et l’on estime aujourd’hui que ce nombre n’équivaut peut-être qu’à 1 % de l’ensemble.

On n’est décidément pas sortis de l’auberge…

Au cours des trois dernières décennies, trente-cinq nouvelles maladies émergentes, ont été recensées. Vingt-six sont d’origine virale et la seule incontestable leçon que l’on que l’on puisse tirer aujourd’hui de cette dernière aventure épidémique signée covid-19 est qu’on a vraiment tort d’aimer les bêtes. Les animaux qu’on like si volontiers sur nos murs Facebook sont à l’origine de 3/4 des maladies émergentes qui nous ont affectés depuis 15 ans !

Mais l’homme n’est-il pas un loup pour l’homme, zoonose compris ?

#ResteChezToi

Jacques Draussin

LAISSER UNE RÉPONSE

Please enter your comment!
Please enter your name here