Quand la norme sera la multifranchise ?

Laurent Delafontaine, associé fondateur Axe Réseaux. Membre du Collège des Experts de la Fédération Française de la Franchise

Ces dix dernières années, un nombre important d’ouverture en franchise a pris la forme de la multifranchise. C’est environ 20 % de l’ensemble d’un réseau, avec une moyenne de
3,5 magasins par multifranchisé et même 40 % en moyenne dans la restauration rapide.

Côté franchiseur, c’est l’assurance de compter sur des partenaires qui connaissent le concept et présentent des bons résultats commerciaux et financiers, ce qui est aussi un plus pour le financement de projets auprès des banques. Attention toutefois à ne pas devenir dépendant de « baronnies » : il convient de garder un ratio d’indépendance, aucun franchisé ne devrait représenter plus de 5 % du chiffre d’affaires de l’enseigne.

Côté franchisé, c’est la possibilité de développer son entreprise localement, donner plus de visibilité à l’enseigne en mutualisant la communication, ne pas rater de ventes en jouant sur les stocks et rechercher l’optimisation de certaines charges. Le multifranchisé parvient à améliorer sa rentabilité par site et augmenter significativement son chiffre d’affaires, il est ainsi mieux armé pour négocier auprès des fournisseurs et des banques. Pour autant, la multifranchise exige des qualités. Dont celle de savoir s’entourer et déléguer. Un excellent commerçant dans son point de vente risque de s’avérer un piètre dirigeant sur plusieurs . Et le franchiseur expérimenté sait parfaitement qui dans son réseau réunit les capacités nécessaires à la multifranchise. 

LAISSER UNE RÉPONSE

Please enter your comment!
Please enter your name here

J’accepte les conditions et la politique de confidentialité