La franchise “molle”, reflet d’excès de confiance

Avec bientôt 2 000 franchiseurs en France, soit 600 de plus en seulement 10 ans, la franchise est devenue une méthode de développement vulgarisée. Pourtant, il ne suffit pas de posséder un concept pour réussir son développement en franchise. Il faut bien évidement respecter les fondamentaux : avoir la pleine propriété et jouissance d’une marque commerciale distinctive, posséder un savoir-faire secret, substantiel et identifié, pouvoir apporter une assistance à son réseau et enfin avoir expérimenté son savoir-faire dans une unité pilote sur une durée raisonnable.
Mais aussi, il faut savoir cerner et recruter les bons profils de candidats, former, accompagner et animer son réseau, organiser sa structure avec de nouveaux métiers propres à la franchise (développeur, animateur, …), renforcer les fonctions supports sollicitées (logistique, achats, …), déployer les outils marketing propres à un réseau de partenaires (site web, marketing local du franchisé, …).
Beaucoup d’entrepreneurs voient dans la franchise un mode de développement à moindre coûts, c’est une erreur dont les conséquences se retrouvent dans le mécontentement des premiers partenaires, puis dans la fragilité du modèle économique du franchiseur, qui augmentent les difficultés relationnelles entre chacun.
Ainsi, je recommande fortement aux « futurs » franchiseurs de préalablement se faire accompagner par des experts pour juger du niveau de franchisabilité de leur concept et de bien comprendre les exigences du métier de franchiseur. Mieux informés, la décision de se lancer (ou non) sera prise en toutes connaissances de cause, et il sera toujours préférable d’anticiper plutôt que de subir.

LAISSER UNE RÉPONSE

Please enter your comment!
Please enter your name here