Petite franchise, grand potentiel, grosse pression

Une franchise dans une petite ville, ça marche ? Outre la transmission du savoir-faire, la franchise repose sur l’exploitation d’une zone de chalandise, exclusive entre membres d’un même réseau. Cette zone ne doit pas être inférieure à 20 000 habitants sous peine de ne pas être rentable pour l’enseigne. Focus sur les concepts qui fonctionnent même avec un petit braquet.

De l’art de devenir expert dans le relationnel

Quand on rejoint un réseau de franchisés, il faut apprendre deux métiers simultanément : celui lié au savoir-faire et celui de chef d’entreprise. Depuis ces dernières années, le profil des candidats à la franchise a évolué, nombreux sont les salariés qui souhaitent goûter à l’entrepreneuriat. L’accompagnement a changé, il est nécessaire de leur les aider à comprendre ce qu’est un bilan…

Reprendre une franchise en toute sérénité

Avant de signer le contrat de vente, le repreneur doit parapher son contrat de franchise et s’acquitter des droits d’entrée afférents. Une fois la boucle bouclée, le repreneur suivra la formation initiale dispensée par le franchiseur afin de rentrer dans le détail du fonctionnement de son concept. Le cédant va alors aider le franchisé à prendre ses marques et l’accompagner pendant quelques mois. Passée cette période de transition, le repreneur est le seul maître à bord.

Crédit Conseil de France, viser l’excellence de la franchise

« Lorsqu’un client signe une offre de crédit, il le fait en toute connaissance de cause et avec tous les outils nécessaires, c’est ce que l’on assure à nos clients : la sécurité et la confidentialité de leurs données. »

Une franchise se finance comme toute entreprise

Une tendance de fonds est apparue il y a maintenant quelques années. Au-delà des crédits bancaires, qui constituent à 70 % les financements des nouveaux franchisés, des modes de financements alternatifs sont de plus en plus recherchés. À commencer par le crowdlending, ou prêt participatifs*. Une autre tendance, le recours au courtier en prêts professionnels pour l’octroi de crédits bancaires. Outre l’obtention de taux d’emprunts avantageux, ils offrent de réaliser un montage des financements diversifiés : apport personnel, prêt bancaire et éventuelles subventions.

Temporis Bois-Colombes, l’intérim plein-emploi

Les besoins des « clients intérimaires » ne se limitent pas à l’envie de travailler. « On les accompagne, on leur délivre du service », explique Emmanuel Morey.

Deux visions de l’« irréprochable »

c’est un marché encore fragile et fragmenté. Il s’assoit sur un socle historique associatif qui a du mal à prendre les virages du numérique et de la professionnalisation. Ce tissu associatif très lourd, avec une majorité d’acteurs qui ne sont pas en bonne santé, peine à supporter cette transition. Les modes de financement n’ont d’ailleurs pas aidé à aller vers la performance et la rationalisation de la gestion. Ce monde associatif souffre de son mode de financement qui doit être repensé.

Géolocaliser, c’est tenir compte de la « maille »

Bref, Les petits bilingues a le vent en poupe. Il faudrait, pour couvrir le territoire, environ 150 centres. Il reste donc encore de quoi se développer, même si les principales régions économiques sont déjà bien couvertes. Compte tenu de l’abondance de candidatures, « c’est leur qualité qui prime », plus qu’une hiérarchie de régions où s’installer.

Charles Seroude : les lois inédites qui gouvernent toute franchise

Attention, ce que vous allez lire sous forme d’analyse très théorique en guise de réponse à la question fondamentale de la sélection d’un réseau, doit-on se fier à un réseau qui cartonne, exige concentration et réflexion. Nous plongeons là dans les découvertes d’un homme qui aura passé sa vie professionnelle à comprendre les causes des échecs et des réussites de cette forme de commerce organisé que sont la franchise et ses déclinaisons. Pages à conserver et à méditer !

Le recrutement qui doit réussir !

Du côté des réseaux installés, le message va davantage privilégier le savoir-faire de l’enseigne, à travers lequel les « profils » concernés vont s’appuyer sur l’historique – rassurant – de la marque. Expliquer aux entrepreneurs franchisés potentiels que tel secteur, certes concurrentiel, connaît malgré tout une véritable explosion de besoins (comme le service à la personne) suscite forcément des afflux de candidatures a priori adaptables qu’il reste à canaliser.

Pensez aux financements alternatifs !

Même si le prêt bancaire reste un incontournable, s’ouvrir à d’autres moyens augmente ses chances d’obtenir son financement. Pour faciliter les démarches, le courtier en prêt professionnel agit comme intermédiaire et oriente vers les bons contacts. Attention toutefois à ce qu’il soit « non commissionné » par les banques pour obtenir la certitude qu’il vous proposera la meilleure offre.

L’infogérance, au-delà des idées reçues

En respectant cela, l’externalisation est une opportunité de modernisation des technologies et matériels utilisés. Cela va vous apporter plus de souplesse et d’adresser plus facilement de nouveaux besoins : mobilité …
Laurent Delafontaine, associé fondateur Axe Réseaux. Membre du Collège des Experts de la Fédération Française de la Franchise

La sinistralité en franchise

De la même façon, si l’entreprise dépose le bilan, le registre du tribunal de commerce indiquera simplement « Liquidation judiciaire le tant  ». Il est donc très difficile de savoir qu’elle était sous contrat de franchise.
Jean-Baptiste Gouache, avocat Associé - Gouache Avocats. Membre du Collège des Experts de la Fédération Française de la Franchise.

Par un arrêt du 28 février 2018, la Cour d’appel de Paris a apporté...

Les juges du fond rappellent que pour créer un réseau de franchise, un franchiseur doit avoir éprouvé et expérimenté son savoir-faire avec succès.