Certains réseaux connaissent le succès dès leur émergence nationale…
Certains réseaux connaissent le succès dès leur émergence nationale…

Les jeunes réseaux qui se révèlent attirants dès les premières années témoignent d’un certain dynamisme de la franchise. Et ils sont nombreux.

69 983 franchisés pour 1 873 enseignes et un chiffre d’affaires de 53,4 Mds€ l’an passé, la France continue d’être le leader européen de la franchise, comme on le confirme à la Fédération Française de la Franchise : « le nombre de réseaux a doublé ces dix dernières années et connaît une progression régulière. Un modèle économique qui engendre 340 000 emplois salariés directs et qui pourrait bien franchir le cap symbolique des 70 000 franchisés en 2016 ». La carte 2016 des secteurs ? Derrière l’alimentaire qui représente à lui seul quelque 20Mds€, se classent l’équipement de la maison (6Mds€), les commerces divers (5,6Mds€), l’équipement de la personne (4,3Mds€) et la restauration rapide (4,2Mds€). Frappée de plein fouet par la crise, la restauration traditionnelle, qui pèse 1,5 Md€ dans la franchise, a dû se réinventer pour retrouver de la rentabilité. Face aux arbitrages des ménages, centrée autour de la bonne viande, du frais, de la pizza et du burger haut de gamme, elle reste l’un des secteurs les plus inventifs. Après avoir vu débouler les Bistro Régent et autre Memphis Coffee, les grosses enseignes poursuivent leur développement. Ce n’est pas un hasard si les Memphis Coffee, Big Fernand et autre Pitaya ont été récompensés ces deux dernières années par la profession, pour des nouveaux réseaux qui semblent apporter des garanties d’organisation et de marketing efficace.

Entre burger et… healthy attitude

Les tendances annoncées dans le traditionnel et la restauration rapide ? Les coffee shops (Columbus, Café & Co, Comptoir del Gusto, Segafredo, Starbucks) continuent de tirer leur épingle du jeu, alors que le reste des enseignes du secteur se sont toutes converties, ou presque, au burger, et laissent ainsi du champ aux traiteurs ethniques et à l’offre de green food (Ankka, Green is Better…) de plus en plus convaincante sur son modèle, la livraison à domicile devenant un enjeu marqué dans les concepts. Du manger mieux, il en est aussi question avec les performances et le développement des enseignes dédiées au rééquilibrage alimentaire : le géant Naturhouse, mais aussi Dietplus, Fitness Boutique, Dietsuccess ou encore Body Sano. De quoi venir « compléter » aussi l’offre santé proposée par les centres de soins aux concepts parfaitement calibrés (Body Minute, Esthetic Center) dont certains intègrent de nouvelles technologies comme la cryothérapie (Lipotherm), sans oublier les salles de sport, un secteur qui continue à susciter l’engouement des Français et où il reste un potentiel de développement très important.

Domicile : spécialisation des services

La notoriété des enseignes pour un début d’activité plus soutenu et des modèles qui assurent davantage contre certaines errances, c’est aussi ce qui permet au secteur des services à la personne de continuer son développement sur la base de ses activités classiques (ménage, garde d’enfants, jardinage…). Les services autour du vieillissement prennent de plus en plus d’importance dans le modèle économique des franchiseurs, qui proposent aussi des prestations de courtage pour l’aménagement de l’habitat, destiné à prévenir et à répondre à la dépendance. Le secteur surperforme, car les perspectives ne cessent de croître autour des seniors : les dispositifs fiscaux contribuent à le favoriser, alors que le vieillissement de la population nécessitera une prise en charge accrue de la population dans les années à venir. Récipiendaire des trophées de l’IREF en novembre, le spécialiste des allées et jardin Daniel Moquet est un bon exemple des prestations spécialisées pour l’habitat où évoluent d’autres acteurs des aménagements de combles, comme Isocomble et les spécialistes de l’isolation. Des métiers artisanaux développés en franchises, qui apportent des garanties aux clients, tout en misant sur le service de proximité.

Auto, immo : l’engouement des courtiers

Le marché de l’automobile, synonyme de dépenses contraintes pour les ménages, a poussé les centres auto a beaucoup de modernisation et de diversification. Dans le dur, les grandes enseignes du secteur n’ont pourtant pas tardé à réagir, portant une attention particulière à la relation clientèle, comme en témoigne la distinction accordée à Speedy, élu service client de l’année. Le monde de la location est lui aussi dynamique avec des offres de plus en plus affinées. Le marqueur fort du secteur vient cependant des nouveaux acteurs que sont les intermédiaires de vente de véhicules d’occasion. L’Agence Immobilière, BH Cars, Transak auto ou encore le jeune Ewigo affichent tous une bonne santé dans l’immobilier. Les mandataires ont un peu révolutionné l’immobilier ancien il y a quelques années. Les réseaux de courtiers ont aussi le vent en poupe : plus de cent ouvertures étaient prévues cette année via Artemis, Empruntis, Vousfinancer.com ou encore In&Fi Crédit.

Olivier Remy

PARTAGER SUR

LAISSER UNE RÉPONSE

Please enter your comment!
Please enter your name here